L’adulte TDAH

Définition du TDAH et épidémiologie de l’adulte

, par Christine Gétin

Définition du TDAH

Le TDAH est un trouble neuro-développemental dont les symptômes se manifestent dès l’enfance dans 3 dimensions cliniques : le déficit d’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité.

Le diagnostic selon les critères du DSM5 ne peut être établi chez l’adulte que si le sujet présente 5 critères sur 9 dans la dimension inattention ou 5 sur 9 dans la dimension hyperactivité-impulsivité. Le niveau de manifestation des symptômes doit être inapproprié en regard de l’âge. Les symptômes durant l’enfance doivent être présents depuis plus de six mois et survenus avant l’âge de 12 ans et se manifester dans au moins deux domaines de vie (Social, familial, scolaire, professionnel) et induire un déficit fonctionnel entrainant des conséquences néfastes pour le patient. (American Psychiatric, 2003, 2013)

Le TDAH se présente sous trois formes :

  • Mixte le sujet présente à la fois les critères d’inattention et d’hyperactivité/impulsivité
  • Inattentif, les symptômes d’inattention sont prédominants
  • Hyperactif/Impulsif, les symptômes d’hyperactivité impulsivité sont prédominants

Epidémiologie Du TDAH

Le TDAH est le trouble le plus fréquent en psychopathologie, sa prévalence est estimée à 2,5% en population adulte.

Ce trouble a longtemps été considéré comme un trouble de l’enfance, et peu étudié chez l’adulte, bien qu’il soit reconnu depuis 1968 sous le nom de « minimal brain dysfunction », puis en 1972 sous le nom de « trouble hyperkinétique ». C’est Paul H. Wender qui a étendu le concept de « Minimal Brain dysfunction » de l’enfant à l’adulte, il le mentionne dans ces travaux publiés en 1971. Il fut le premier à explorer ensemble le « Minimal Brain Dysfunction » avec le Trouble Déficit de l’Attention Hyperactivité, chez l’enfant et l’adulte et il publiera en 1995 sur ce sujet.(Blackwell, 2011)

Le TDAH persiste tout au long de la vie dans 2/3 des cas (Faraone, Biederman, & Mick, 2006 ; Lara et al., 2009), selon les études les chiffres varient de 33 à 85% (Lara et al., 2009), selon les pays et cela dépend en réalité de la définition que l’on accorde au terme persistance, selon que l’on considère le syndrome dans son ensemble, les symptômes ou leurs conséquences négatives (Biederman et al., 2012).

La persistance du TDAH est plus importante chez les enfants présentant un TDAH de type inattentif, par rapport au type hyperactif-impulsif. Cependant, comme le mentionne le Consensus Européen, il est encore dans bon nombre de pays sous-diagnostiqué et traité chez l’adulte. (Kooij et al.)

Les études sur l’évolution à long terme du TDAH préviennent des risques accrus qu’il implique concernant la santé et la qualité de vie des personnes atteintes, notamment pour ce qui se rapporte à : la consommation de tabac, l’abus de substance, l’échec scolaire, ainsi qu’un moindre niveau de réalisation professionnelle.

P.-S.

A lire dans la partie sur le TDAH, les critères du TDAH du DSM-5
  • Partager :

Infographie sur le TDAH

à la une

Site TDAH école