Actualités

Journée Ribot-Dugas

Vulnérabilité ultérieure et comportements à risque (étude Gazel) - Dr C. Galéra,Bordeaux

, par Dr Cedric Galera

Le Trouble Déficit de l’Attention/Hyperactivité (TDAH) et le Trouble des Conduites (TC) sont associés à des Conduites à Risque (CAR) comme les consommations de substances psycho-actives, les comportements suicidaires et les comportements sexuels à risque.

Cependant, la question des rôles respectifs du TDAH et du TC dans l’émergence des CAR reste controversée :

- le TDA/H est-il un facteur de risque indépendant de la survenue ultérieure de CAR ?
- Le TC est-il un facteur de confusion ou un modificateur de l’effet de la relation entre TDAH et CAR ?

L’objectif de ce travail était d’examiner le lien entre les symptômes de l’hyperactivité , inattention dans l’enfance et l’adolescence et la survenue de CAR à l’adolescence et au jeune âge adulte, en prenant en compte différents facteurs de risque potentiels dont les symptômes du trouble des conduites.

Nous avons mené cinq analyses à partir des données de la cohorte GAZEL enfants issue de la population générale française.
Les résultats suggèrent des effets différents des symptômes de l’hyperactivité-inattention selon le type de conduite à risque considéré et selon le genre. Ils montrent :

- Chez les garçons un effet des symptômes de l’hyperactivité-inattention sur la survenue de CAR plus sévères comme la consommation régulière de cannabis, l’expérimentation de drogues illégales et la survenue de comportements suicidaires.

- Chez les filles, on retrouve un effet des symptômes de l’hyperactivité-inattention sur la consommation ultérieure régulière de tabac.

L’initiation de CAR pourrait être aggravée par la présence de hauts niveaux de symptômes de l’hyperactivité-inattention chez les jeunes présentant simultanément des hauts niveaux de symptômes du trouble des conduites.

Ce travail renforce la connaissance de l’existence d’une association entre troubles du comportement perturbateur dans l’enfance et survenue ultérieure de conduites à risque. Il souligne la nécessité de reconnaitre l’existence de ces troubles, pour les identifier et mieux les prendre en charge afin d’en prévenir les possibles conséquences à long terme.

  • Partager :