L’école

Une année scolaire réussie est une année scolaire préparée !

, par Claudine CASAVECCHIA, Laurence, Bénévole 35, Nathalie Couture

L’année scolaire s’achève, la suivante ne doit pas nous surprendre !
Il est donc primordial de se préparer dès à présent, car les chances de réussites sont d’autant plus importantes que la préparation en amont a été efficace.

Voici quelques conseils pour bien aborder cette future rentrée !

1/ Des objectifs


Avec votre enfant, faire le point sur tout ce qui a bien fonctionné cette année et en profiter pour le féliciter  ; puis, lister toutes les difficultés rencontrées à l’école.
Interroger votre enfant au sujet de ces difficultés afin de lui permettre, dans la mesure du possible, d’évaluer l’origine de ces dysfonctionnements et de réfléchir à des solutions constructives pour la prochaine année scolaire.
Cette recherche de solutions est un moyen de motiver votre enfant ce qui vous permettra ensemble de fixer des objectifs atteignables. Il est très important de se montrer constructif et positif : les formules suivantes vous aideront dans votre démarche : « voyons ensemble comment on peut faire » « regarde comme tu as progressé et ce que tu as déjà réussi !  ».

2/ Trajets et adaptation


Si votre enfant change d’école, profiter des vacances pour se promener aux alentours du nouvel établissement scolaire, afin qu’il se familiarise avec les abords et les accès, cette démarche lèvera certaines angoisses. Insister sur les entrées et les sorties qu’il devra utiliser ainsi que l’endroit où il devra traverser si nécessaire.
Lui faire remarquer les aspects positifs de la cour de récréation, le lieu où vous le déposerez le matin et le lieu où vous l’attendrez le soir. Il doit se familiariser avec ce nouvel environnement.

S’il doit faire un trajet en bus, faites ce trajet avec lui au moins 2 fois (aller et retour). S’il prend un bus scolaire, accompagnez-le à l’arrêt. Toutes ces attentions soulageront ses angoisses et le mèneront vers davantage d’autonomie.

3/ Les devoirs


Décider avec l’enfant, dès à présent, de l’endroit le mieux adapté pour les devoirs, ce lieu doit être choisi avec soin. En effet, il s’agira d’un endroit calme : pas de passage, pas de télévision allumée et ni tablette ni téléphone à proximité. Il faudra également penser à un bon éclairage.

Prévoir avec lui le temps qui sera consacré à ce travail du soir ainsi que les pauses si besoin. Minuter ce temps avec un « timer ». Ces anticipations évitent bien des conflits le moment venu.
Il est important de définir des règles pour ce moment de la journée très difficile pour beaucoup d’enfants atteints de TDAH et pour leurs parents !

Revoir la routine du matin et du soir et mettre en place de nouveaux pictogrammes dans la chambre de l’enfant si besoin.

4/ Les fournitures scolaires


Il est important de décider avec votre enfant des outils qui seront utilisés à l’école et à la maison. Réfléchir ensemble de la meilleure organisation possible. Installer de nouvelles étagères si besoin. Définir une couleur par discipline et couvrir ou étiqueter manuels, cahiers, classeurs avec cette même couleur.
Sur l’emploi du temps, utiliser la couleur décidée pour chaque discipline. Pour les collégiens, il peut être utile d’investir dans des blocs de rangement à tiroirs. Le laisser choisir son cahier de texte.

Anticiper les pertes et les oublis : stocker crayons, feutres, gommes, règles, compas, équerres et garder secret le lieu de cette réserve. Cette précaution évite de se retrouver au dépourvu le soir ou le week-end.

De même, au collège, il est souvent possible de louer un casier. On peut y laisser par exemple : le second jeu de livres (que l’on peut demander dans le cadre d’un PAP/PPS) ça évite les heures de colle pour oubli, un jeu d’affaires de sport (propre), un gouter non périssable, un coupe vent…etc. Les omissions sont très fréquentes pour les enfants avec TDAH !

5/ Un correspondant dans la classe


Se rapprocher si possible d’un parent d’élève de la même classe que votre enfant. Lui expliquer brièvement ses difficultés d’organisation et le prévenir que vous serez sans aucun doute dans l’obligation de l’appeler un jour pour obtenir une information importante pour un devoir, une sortie scolaire ou un projet de groupe. Echangez vos numéros de téléphone.

6/ Les activités extra scolaires


Planifier ensemble les activités extra scolaires de votre enfant. La pratique volontaire d’un sport lui permettra d’exprimer des compétences autres que scolaires, lui apportera une reconnaissance qui favorisera sa propre estime. Des études montrent qu’avoir une activité physique dans la journée améliore la concentration des personnes avec un TDAH, tant à l’école qu’à la maison. S’il souhaite faire des échecs, du tir à l’arc, ou du golf, encouragez-le car ces activités favorisent la concentration.

7/ Un soutien scolaire ponctuel.


Si besoin, trouver un soutien scolaire ponctuel. Choisir une personne qui apprendra à votre enfant des méthodes de travail qui lui conviennent, une organisation rigoureuse et adaptée à son trouble : comment démarrer un exercice, comment préparer et ranger son cartable, comment lire un emploi du temps. Elle lui apprendra à résoudre un problème mathématique après avoir lu avec attention la consigne, à relire une dictée.

Bien entendu, il est indispensable de recruter une personne bienveillante qui se sent concernée par les progrès de votre enfant. Les parents ne sont pas toujours désireux, aptes ou disponibles pour aider scolairement leurs enfants et la contribution d’une tierce personne peut être un grand secours.

8/ Le calendrier


Dessiner un calendrier avec votre enfant sur un tableau blanc, avec des échéances convenues avec lui, par exemple : le temps imparti pour les devoirs, pour les écrans, pour la toilette, les sorties régulières et noter les événements non réguliers ce qui lui permettra d’anticiper par exemple un événement familial, une sortie scolaire, un spectacle en famille….

Plus il aura de visibilité sur l’organisation de son temps, plus vous aurez de chance qu’il s’y conforme et y trouve du plaisir, tout en diminuant son anxiété.

9/ Le traitement

PNG - 19.3 ko

Si votre enfant prend un traitement, avoir à l’esprit qu’avec l’entrée dans la puberté et l’adolescence, l’augmentation des exigences scolaires, il sera peut-être nécessaire de revoir ce traitement au cours de l’année.
Prévoir à l’avance un rendez-vous avec son médecin pour faire le point.

10/ Les projets de l’année


Il est fructueux de prendre un moment avec son enfant pour réfléchir et échanger sur les projets de l’année et ses envies : « cette année, j’aimerais bien… », sur sa progression « mes forces sont » « mes points faibles sont… » « ce que je fais mieux maintenant c’est… ».

En conclusion…

Ce temps de préparation à une nouvelle année scolaire est aussi l’occasion de faire un point avec votre enfant sur l’année écoulée et celle à venir. Il favorise le dialogue et l’échange, et montre à votre enfant combien il est important pour vous, et combien vous vous investissez à ses cotés pour que tout se passe pour le mieux, tout en tenant compte de ses difficultés. Une vraie complicité peut ainsi s’établir ainsi qu’une meilleure compréhension l’un de l’autre.

N’hésitez pas à consulter notre site www.tdahecole.fr et à faire appel à nos bénévoles pendant l’opération annuelle SOS Rentrée Scolaire (préciser les dates).

  • Partager :