Le TDAH

Quelles sont les causes du TDAH

, par Christine Gétin

Les TDAH est le résultat d’une accumulation de nombreux facteurs de risques à la fois génétiques et environnementaux, qui vont intervenir très tôt dans le développement de l’enfant, dès la vie in utéro, ou durant les premières années de vie de l’enfant. Si les facteurs génétiques et leur poids dans les causes du TDAH sont biens étayés, le liens de cause à effet entre les conditions de l’environnement et la présence d’un TDAH, ne sont pas établis, on parle donc plus d’une corrélation (un simbple lien) entre des conditions de l’environnement et la présence d’un TDAH que d’un lien causal.

Pour la majeure partie des personnes atteinte de TDAH, son origine est liée à des facteurs à la fois génétiques et environnementaux.

Les facteurs génétiques

Le poids des facteurs génétique est important dans le TDAH. Les études portant sur le génome confirment une cause polygénique pour la plupart des cas de TDAH, de nombreux variant génétiques se combinent entre eux et augmentent le risque d’apparition d’un trouble. Le TDAH peut également être lié à des anomalies monogéniques rares ou des anomalies chromosomiques.

Les facteurs environnementaux

Parmi les facteurs environnementaux pouvant être à l’origine d’un TDAH on retrouve :

  • l’exposition à des toxiques, comme le plomb qui est très bien étayé, mais également les médicaments comme le paracétamol ou le Valproate (traitement utilisé dans l’épilepsie), et encore l’exposition aux phtalates (emballages), les pesticides organophosphorés, et les polluants liés à la circulation automobile comme l’oxyde nitrique.
  • Les carences nutritionnelles sont également corrélées à la présence d’un TDAH tel que la ferritine sérique basse, un niveau modérément plus faible d’acides gras oméga-3, des taux de vitamine D maternels plus faibles.
  • Les évènements pendant la grossesse et l’accouchement, comme un faible poids de naissance, la prématurité, la présence d’une hypertension artérielle chez la mère, ou d’une obésité, et également l’hyperthyroïdie ou l’hypothyroïdie chez la mère pendant la grossesse peuvent favoriser la présence d’un TDAH chez l’enfant.
  • L’exposition à des carence affective, du stress, des infections, de la pauvreté et des traumatismes sont des facteurs qui augmentent le risque de TDAH.

Alors qu’une grande cohésion familiale et un soutien communautaire réduisent le risque d’avoir un TDAH de forme modérée ou grave.

  • Partager :