Le TDAH

Définition du TDAH

, par Christine Gétin

TDAH - Le Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité

Le terme TDAH est apparu dans le DSM-IV en 1994 il s’agit de la traduction française du terme anglais ADHD Attention Deficit / Hyperactivity Disorder :

  • T : Trouble, le TDAH n’est pas une maladie mais un trouble qui se caractérise par un ensemble de symptômes, donc plus dans le sens d’un syndrome.
  • DA : Déficit de l’Attention. Les difficultés attentionnelles sont le pilier du syndrome TDAH
  • H : Hyperactivité désigne le symptôme le plus visible et le plus perturbateur sans pour autant constituer le fondement du diagnostic, auquel on associe le I de implulsivité sans le nommer.

    Il est fréquent de rencontrer le terme "Trouble Déficitaire de l’Attention/Hyperactivité" ce terme n’est pas conforme à ce que l’on veut nommer. En effet, le trouble n’est pas déficitaire, c’est l’attention qui l’est. Pour éviter donc toute confusion et ne pas risquer un glissement sémantique, il convient de bien traduire les lettres TDAH par Trouble Déficit de l’Attention/Hyperactivité.

A lire : Samuele Cortese - TDAH diagnostic ; Eric Konofal- AG 2003 - Troubles du sommeil - traitements

Le TDAH est un trouble neurodéveloppemental :

  • Associant 3 dimensions cliniques : Inattention, impulsivité, hyperactivité.

Inattention

Une difficulté à maintenir son attention dans la durée, à sélectionner son objet d’attention sans se laisser distraire par des stimuli externes. L’enfant va par exemple se retourner pour regarder derrière lui, afin de savoir d’où viennent les bruits qu’il entend.

Impulsivité

Une incapacité à attendre pour prendre la parole ou à différer une action. Une difficulté à gérer ses émotions et à garder son calme. L’enfant patiente difficilement dans une file d’attente.

Hyperactivité

Un besoin de bouger sans cesse, parle beaucoup ou fait des bruits. L’enfant hyperactif ne tient pas en place, souvent car il ne peut pas rester concentré sur une tâche qu’il ne termine pas, il passe ainsi d’une activité à une autre sans en terminer aucune.

PDF - 877.4 ko
Fiche TDAH à imprimer
Ce document présente le TDAH, les difficultés liées à ce trouble et des astuces pour aider l’enfant en classe.

Présentation du Trouble Déficit de l’Attention avec ou sans Hyperactivité - TDAH

Le TDAH est un trouble neuro-développemental dont les symptômes se manifestent durant l’enfance dans 3 dimensions cliniques : l’attention, l’impulsivité et l’hyperactivité. Selon la classification du DSM-5, qui classe le TDAH dans la catégorie des troubles neuro-développementaux, pour porter le diagnostic, les symptômes doivent apparaître comme étant en excès au regard de l’âge chronologique et du niveau de fonctionnement de l’enfant, être présents depuis plus de 6 mois, se manifester avant l’âge de 12 ans et être constatés dans au moins deux situations de vie (en famille, dans le cadre scolaire ou durant les activités de loisirs).

Le diagnostic selon les critères du DSM-5 ne peut être établi chez l’enfant que si le sujet présente 6 critères sur 9 dans la dimension inattention ou 6 sur 9 dans la dimension hyperactivité-impulsivité. Le niveau de manifestation des symptômes doit être inapproprié en regard de l’âge. Les symptômes durant l’enfance doivent être présents depuis plus de six mois et survenus avant l’âge de 12 ans et se manifester dans au moins deux domaines de vie (Social, familiale, scolaire, professionnel) et induire un déficit fonctionnel entrainant des conséquences néfastes pour le patient. (American Psychiatric Association, 2013) [1] (Voir critères du DSM-5 Critères diagnostiques du Trouble : Déficit de l’Attention/Hyperactivité (TDAH))

Le TDAH se présente sous trois formes :

  • Mixte le sujet présente à la fois les critères d’inattention et d’hyperactivité/impulsivité
  • Inattentif, les symptômes d’inattention sont prédominants
  • Hyperactif/Impulsif, les symptômes d’hyperactivité impulsivité sont prédominants

Epidémiologie du TDAH

Le TDAH est le trouble le plus fréquent en psychopathologie, sa prévalence est estimée chez l’enfant d’âge scolaire à environ 5% (avec 3 Garçons pour 1 fille) (Polanczyk, Willcutt, Salum, Kieling, & Rohde, 2014) [2], et l’étude en population d’âge scolaire française à évalué la prévalence du TDAH entre 3,5 et 5,6% (Lecendreux, Konofal, & Faraone, 2011) [3].

Comorbidités

Les patients présentant un TDAH ont très souvent un trouble associé, leur présence est évaluée entre 65 et 89% (Sobanski, 2006) [4]. Dans deux cas sur trois, ils sont plus susceptibles de présenter un autre trouble psychopathologique, (Takeda, Ambrosini, deBerardinis, & Elia, 2012) [5].

Les personnes présentant un type de TDAH mixte sont plus susceptibles de présenter un trouble externalisé que celles présentant un TDAH de type inattentif (Miller, Nigg, & Faraone, 2007) [6]. Le TDAH de forme inattentive est plus souvent associé à des troubles anxieux, ou des troubles du sommeil (Sobanski, 2006), des difficultés d’apprentissage (Pingault et al., 2011) [7], une moindre réussite scolaire (Jaekel, Wolke, & Bartmann, 2013) [8] (Fletcher, 2014) [9] et une moindre qualification professionnelle (Fredriksen et al., 2014) [10]. La présence d’un trouble de l’opposition avec provocation, est elle prédictive d’un abus de substance (Pingault et al., 2013) [11].

Notes

[1American Psychiatric Association. (2013). DSM 5, Diagnostic and Statistic Manual of Mental Disorders : American Psychiatric Association.

[2Polanczyk, G. V., Willcutt, E. G., Salum, G. A., Kieling, C., & Rohde, L. A. (2014). ADHD prevalence estimates across three decades : an updated systematic review and meta-regression analysis. Int J Epidemiol.

[3Lecendreux, M., Konofal, E., & Faraone, S. V. (2011). Prevalence of attention deficit hyperactivity disorder and associated features among children in France. Journal Of Attention Disorders, 15(6), 516-524.

[4Sobanski, E. (2006). Psychiatric comorbidity in adults with attention-deficit/hyperactivity disorder (ADHD). Eur Arch Psychiatry Clin Neurosci, 256 Suppl 1, i26-31.

[5Takeda, T., Ambrosini, P. J., deBerardinis, R., & Elia, J. (2012). What can ADHD without comorbidity teach us about comorbidity ? Research In Developmental Disabilities, 33(2), 419-425.

[6Miller, T. W., Nigg, J. T., & Faraone, S. V. (2007). Axis I and II comorbidity in adults with ADHD. Journal of Abnormal Psychology, 116(3), 519-528.

[7Pingault, J. B., Tremblay, R. E., Vitaro, F., Carbonneau, R., Genolini, C., Falissard, B., & Cote, S. M. (2011). Childhood trajectories of inattention and hyperactivity and prediction of educational attainment in early adulthood : a 16-year longitudinal population-based study. The American Journal Of Psychiatry, 168(11), 1164-1170.

[8Jaekel, J., Wolke, D., & Bartmann, P. (2013). Poor attention rather than hyperactivity/impulsivity predicts academic achievement in very preterm and full-term adolescents. Psychological Medicine, 43(1), 183-196.

[9Fletcher, J. M. (2014). The effects of childhood ADHD on adult labor market outcomes. Health Econ, 23(2), 159-181. doi : 10.1002/hec.2907

[10Fredriksen, M., Dahl, A. A., Martinsen, E. W., Klungsoyr, O., Faraone, S. V., & Peleikis, D. E. (2014). Childhood and persistent ADHD symptoms associated with educational failure and long-term occupational disability in adult ADHD. Atten Defic Hyperact Disord, 6(2), 87-99.

[11Pingault, J. B., Cote, S. M., Galera, C., Genolini, C., Falissard, B., Vitaro, F., & Tremblay, R. E. (2013). Childhood trajectories of inattention, hyperactivity and oppositional behaviors and prediction of substance abuse/dependence : a 15-year longitudinal population-based study. Molecular Psychiatry, 18(7), 806-812.

  • Partager :