Actualités

Frédéric Kochman

TDAH et psychothérapies

1)On peut voir, in vivo, grâce à la neuro-imagerie par spectre, des différences entre des cerveaux actifs de personnes ayant ou non des TDAH.

2)Pour contrôler nos actes, 2 zones particulières du cerveau sont actives.

  • Une zone centrale ou système limbique, (que nous avons en commun avec les mammifères) : c’est lui qui assure notre instinct de survie, nos émotions brutes. Il intervient en premier.
  • Une zone frontale ou cortex frontal qui permet de contrôler ces émotions brutes : intelligence, esprit d’initiative, analyse de la situation, prise de décisions, stratégie d’action. C’est notre « sang-froid ».

Mais si le système limbique l’emporte sur le cortex frontal ou si celui-ci est incapable de prendre correctement le relais de l’information, alors l’émotion brute est beaucoup trop forte : le cortex frontal ne peut plus contrôler les actes commandés par un système limbique hypersensible.

Frédéric Kochman est pédopsychiatre à l’EPSM de Lille Métropole

- Quelques exemples de thérapies comportementales
- Quelques exemples de thérapie cognitive
- Les thérapies comportementales et cognitives dans l’approche psycho éducative
- La thérapie interpersonnelle ou TIP

Quelques exemples de thérapies comportementales

, par Dr Frédéric Kochman

Méthode I R E : pour pouvoir gérer ses colères.

Quelqu’un me pousse à bout

ça m’énerve

Je suis puni

Je deviens agressif

On applique :
- Indifférence (lorsque ça m’énerve)
- Répondre
- En parler (au lieu de devenir agressif)

En thérapie on peut utiliser un graphisme des crises, un tableau avec gommettes pour que l’enfant apprécie et note ses efforts (renforcement par le plaisir) ou bien des jeux de rôle en assignant une tache à chacun, pour jouer l’indifférence , la répartie à propos et la façon d’en parler.

Une fois que l’enfant a pu gérer dans le présent la situation de crise, il faut une confrontation avec les expériences similaires du passé, pour déterminer dans le futur les conséquences de ses actes ,de façon à comprendre que les comportements irréfléchis , actes brutaux , amènent des conséquences négatives (bagarres…..)
Les enfants avec TDAH n’ont pas ou peu de prise en compte des conséquences de leurs actes : bagarres, jouets cassés……

Les TDAH fonctionnent en monotâche
-  difficultés si plusieurs actes moteurs concomitants : accidents, blessures
-  non prise en compte des expériences du passé et des conséquences du futur : blessures, accidents, punitions
-  recherche de sensations et non prise en compte des conséquences du futur : addictions
-  difficultés de prise en compte à la fois de son propre désir et du désir de l’autre : manque d’empathie et conséquences sociales
-  difficultés de combiner écoute de l’institutrice et distractions diverses
-  difficultés si travail en milieu bruyant, étourderies en contrôle, activités scolaires multitâches, passage de l’oral à l’écrit, actes impulsifs non inhibés

En thérapie : exemple d’analyse de situation :


PASSE

PRESENT

FUTUR

Je me suis à nouveau bagarré en récréation

| | |
| | | je dois ouvrir mes programmes du passé et du futur | | |
| A chaque fois que je me suis bagarré, j’ai eu une punition | | | | Je dois me dire avant de me battre que je vais être encore puni |
| | |

Je peux trouver d’autres solutions : discuter, ignorer, en parler à un adulte

| | |


P.-S.

Conférence donnée par le Dr Frédéric Kochman, pédopsychiatre à Lille
  • Partager :

Site TDAH école

Web documentaire

Découvrez le site du webdocumentaire "Plongez en nos troubles"

Recommandation HAS pour le TDAH

Recommandations à destination des médecins de premier recours